Half a Sixpence

Une comédie musicale endiablée au rythme des années 60

Résumé du spectacle Half a Sixpence

Half a Sixpence présente l’histoire d’Arthur Kipps, assistant d’un marchand de tissus. Le jeune orphelin hérite d’une fortune qui lui permet de s’élever dans la société et d’être respecté de tous. Mais cette évolution sociale le force à choisir entre l’affection qu’il porte à son amour d’enfance, Ann Pornick, et l’attrait nouveau qu’il éprouve pour Helen Walsingham, son professeur du soir. Cette fortune va-t-elle réellement permettre à Arthur de vivre la vie de ses rêves, ou au contraire lui montrer que le bonheur ne repose pas que sur l’argent ?

Critique du spectacle Half a Sixpence

Half a Sixpence est une comédie musicale typique des années 60, qui a d’ailleurs été écrite spécialement pour Tommy Steele, l’Elvis Presley britannique de l’époque. Créé en 1963 au West End, ce spectacle doit ses musiques et ses chansons à une seule et même personne : David Heneker. Et comme de nombreux autres musicals de l’époque, Half a Sixpence connaît une adaptation en film musical, toujours avec Tommy Steele dans le rôle principal. Il est à noter que cette œuvre se base sur un roman social de H. G. Wells non traduit en français : Kipps : The Story of a Simple Soul.

Cette nouvelle version de Half a Sixpence n’aurait pas vu le jour sans le producteur Cameron Mackintosh, qui a travaillé à la moderniser en revisitant le livret et l'a présentée en juillet 2016. Le revival est un succès et impose les chansons principales dans les esprits des spectateurs : « Flash, Bang, Wallop » ou encore « If the Rain’s Got to Fall » sur lequel se finit le premier acte. Citons aussi « Pick Out a Simple Tune », une merveilleuse scène dans laquelle Arthur utilise un banjo (le premier objet acheté avec sa fortune) pour dynamiser avec enthousiasme une scène jusque-là bien trop aristocratique et guindée !

Les personnages parcourant la pièce sont bien campés, simples, mais en même temps attachants dans leur honnêteté et leurs sentiments. On est ému par l’amitié et l’amour unissant Arthur et Ann, symbolisés par cette pièce de monnaie coupée en deux, dont ils gardent chacun une moitié : voilà d’où vient le titre du musical ! L’histoire peut paraître bien classique, voire prévisible. Mais ces désagréments ne sont qu’une impression, et ils sont vite balayés par la belle énergie qui anime tout le spectacle. La direction artistique du show est d’ailleurs menée par l’équipe ayant travaillé sur Mary Poppins, ce qui se ressent sur l’humour de la comédie musicale, ses superbes costumes colorés et ses chorégraphies.

Ce n’est certainement pas le musical le plus connu du West End, et pourtant, il mérite le détour. Ses mélodies nous ramènent au rythme virevoltant et joyeux des années 60. Elle délivre un sentiment de feel-good certain, tout en nous entraînant dans une histoire plaisante et dépaysante. Half a Sixpence est une comédie musicale charmante, une comédie musicale à l’ancienne, certes, mais qui séduit par son côté purement britannique et sa fantaisie. On ne peut en ressortir qu’avec un sourire sur les lèvres et une irrépressible bonne humeur !

Billets pas cher pour Half a Sixpence

Pour obtenir des billets en réduction pour la comédie musicale Half a Sixpence à Londres, nous vous conseillons de vous rendre le jour-même au guichet de dernière minute TKTS de Londres. Attention cependant : Half a Sixpence faisant partie des spectacles les plus demandés, il est fréquent que le guichet de dernière minute TKTS ne propose pas de places pour ce spectacle.

Si vous souhaitez réserver un spectacle en particulier, si vous êtes peu flexibles sur la date ou si vous souhaitez être bien placé, nous vous conseillons de réserver vos billets à l'avance, avant votre départ à Londres. En effet, en réservant à l’avance, mais vous vous retrouverez avec de bien meilleures places, car les premières rangées seront disponibles (et souvent au même tarif que les dernières rangées !). Enfin, vous aurez l'assurance d'assister au spectacle qui vous plaît le plus, le jour qui vous convient le mieux.

Avis des spectateurs sur Half a Sixpence

Nonobaguette, le 02/04/2017

Half a Sixpence a été encensé par la critique dès son arrivée en octobre dernier au Noel Coward Theatre à Londres. Le show a déjà reçu 3 whatsonstage.com Awards : meilleure chorégraphie (Andrew Wright), meilleur acteur dans une comédie musicale (Charlie Stemp) et meilleure actrice dans un second rôle dans une comédie musicale (Emma Williams) et ses trois acteurs principaux sont nominés pour un Olivier Award. Cette comédie musicale vaut-elle vraiment son acclamation médiatique? Basée sur le roman Kipps de H.G. Wells, elle est adaptée en comédie musicale par D. Heneker (pour la musique) et B. Cross (pour le livret) en 1963. Pour son grand retour dans le West End, le producteur et co-créateur Cameron McKintosh fait appel au duo George Stiles et Anthony Drewe (connus pour leurs Honk!, Betty Blue Eyes, Wind in the Willows qui arrive au London Palladium en juin et pour leurs participations aux nouvelles versions de Mary Poppins et Peter Pan). Ils ajoutent à la partition originale cinq ou six chansons qui se marient parfaitement au style original et apportent points subtils et touchants à l’histoire mais surtout qui mettent de bonne humeur ; on pense notamment à Believe in Yourself et A Little Touch of Happiness. Sept ans après avoir promis à son amour d’enfance, Ann, de toujours garder avec lui une des deux parties d’une pièce comme totem, nous retrouvons sept ans plus tard notre héros Arthur Kipps, employé d’un magasin de tissus dans un Londres très chic du début du XXe siècle. Il tombe sous le charme d’Helen Walsingham, une bourgeoise, très au-dessus de lui socialement (She’s Too Far Above Me). Il rencontre par hasard un acteur se voulant dramaturge qui lui annonce qu’Arthur est l’unique héritier d’une petite fortune. Il devient alors un Proper Gentleman. Il atterrit dans une nouvelle classe sociale qui lui est étrangère mais il est aidé par Helen. S’en suivront ensuite des aventures et questionnements celui qu’il est réellement et où son cœur le mène entre Helen et Ann. C’est surtout l’acteur principal, Charlie Stemp, 23 ans, qui est la révélation de ce spectacle. Il brille sur scène : il a les yeux remplis d’étoiles et un sourire jusqu’aux oreilles. Il chante et danse comme un dieu, il est un incroyable acteur ; il joue même parfaitement du banjo : il est la définition du « triple threat »... voire plus ! Il est vraiment remarquable et attachant. On remarquera aussi les prestations d’Emma Williams, Ian Bartholomew, Devon-Elise Johnson pour ne citer qu’eux. Mais la comédie musicale très british ressort aussi grâce à ses numéros d’ensemble qui sont drôles et pleins de caractères avec des chorégraphies et costumes remarquables ; une scénographie (avec un plateau tournant) très bien pensée et efficace. Les personnages sont touchants et captivants, les musiques restent en tête et on se retient de danser en sortant du théâtre ! Ce spectacle est la découverte de cette saison londonienne pour tous les amateurs du Golden Age de la comédie musicale. Le spectacle se joue 8 fois par semaine au Noel Coward Theatre jusqu’au 2 septembre 2017 avec des billets à partir de 15£ et l’album du spectacle est disponible en ligne.

Alexandra, le 19/03/2017

Dernier show en date que j'ai vu à Londres! Un pur bijou! De la mise en scène, aux chansons, en pensant par les chorégraphies, tout est impeccable! Le tout soutenu par une superbe histoire. On s'attache à chacun des personnages. Quant à la prestation du jeune Charlie Kemp, elle est est tout simplement bluffante! Ce jeune comédien-chanteur est une boule d'énergie et de talent! A voir absolument!